Joan Lassús

HOME -> ARCHIVE -> FOND PHOTOGRAPHIQUES -> JOAN LASSÚS

JOAN  LASSÚS (1901-1966)

Joan Lassús est né le 4 août 1901 à l’Escala, Carrer Perxel. Son père, Joan Lassús i Saguer, qui était pêcheur, travaillait également la vigne, tandis que sa mère, Josepa Colomeda i Flaqué, se consacrait aux tâches ménagères et vendait le vin. Joan Lassús aidait son père dans les travaux de la mer et de la vigne, mais dès son plus jeune âge il affectionna la musique, qu’il étudia aux côtés d’un illustre compositeur local, le musicien Josep Vicens i Juli (ou Avi Xaxu), en échange il lui prêtait main forte dans sa boutique de barbier. Homme intellectuel, il s’informait de l’actualité scientifique et culturelle de l’époque, un goût qui lui provenait probablement de son grand-père maçon.

Avant le décès de Josep Esquirol, Joan Lassús lui acheta son premier appareil photo, un Kodak constitué d’un boîtier, qui coûtait 22 pesetas. Le trouvant trop primitif, il acquit, en 1935, un appareil, avec plaque photographique, format 6/9, objectif Tessar Zeis, de seconde main, au prix de 600 pesetas, à Barcelone. Influencé par les travaux préalables de Josep Esquirol, qu’il considérait comme un maître, il documenta également de nombreux endroits de la ville. Il cultiva la photographie artistique en soulignant sa luminosité, s’intéressant plus particulièrement à la photographie de paysages. Comme Josep Esquirol, il capta le particularisme des pêcheurs à la traîne. En 1954, il obtint le second prix d’un concours international (Concurs Internacional del Foment del Turisme d’Espanya) avec sa photographie intitulée « La Foradada ».

Il fit de nombreuses photos comme le temple paroissial en proie aux flammes le 20 juillet 1936, les travaux de la promenade maritime, le cimetière marin, les premiers pavillons, ainsi que toutes les transformations que subissait la ville.

À sa mort, en 1996, son héritière Magda Fortuny déposa aux archives plus de quinze mille négatifs de Joan Lassús, poursuivant ainsi la tâche de son prédécesseur, et contribuant, sans aucun doute, à la documentation exhaustive et de qualité de l’Escala.